Découvrez les intervenants participants au Colloque Villes & Santé Mentale.

JEUDI 1ER DÉCEMBRE

  • Ledia LAZERI

    Ledia LAZERI

    Conseillère régionale pour la santé mentale au Bureau régional de l'OMS pour l'Europe

    Séance introductive – Jeudi 1er décembre à 9h et modérateur – Aménagement urbain, architecture, nature en ville et santé mentale – à 9h45 

    Ledia LAZERI est médecin spécialisée en psychiatrie et psychothérapie, avec une expérience en travail clinique et en enseignement.

    Parmi ses spécialités se trouvent la politique et la gouvernance de la santé, le sujet des déterminants sociaux de la santé, la politique de santé mentale ainsi que le développement des services de santé mentale.

    Elle s’est impliquée avec l’OMS depuis 2000 lorsqu’elle a rejoint un programme de réforme de la santé mentale en Albanie. Elle s’est également investie dans des projets de santé mentale dans les pays des Balkans dans le cadre de l’Initiative du Pacte de stabilité pour l’Europe du Sud-Est et plus tard en Turquie en tant que coordonnatrice du programme de déficience mentale. Ces programmes de santé mentale comprenaient des travaux sur la politique de santé mentale, le développement des services et de la main-d’œuvre, ainsi que l’autonomisation et la défense des utilisateurs et des soignants des services de santé mentale.

  • Jean-Luc Roelandt

    Jean-Luc Roelandt

    Directeur adjoint du CCOMS

    Séance introductive – Jeudi 1er décembre à 9h et modérateur – Aménagement urbain, architecture, nature en ville et santé mentale – à 9h45 

    En 30 ans, il a développé, dans un secteur de psychiatrie publique de la banlieue est de Lille avec une équipe pluridisciplinaire, un travail en réseau avec médecins généralistes, infirmiers, services sociaux, municipalités, élus locaux, usagers et familles. Ce travail s’est soldé par la création d’un Conseil Intercommunal de Santé, Santé Mentale, et Citoyenneté, et par la facilitation de la création des groupements d’entraide mutuelle sur le secteur, gérés directement par les usagers et financés par l’Etat.

    Les usagers participent aussi aux conseils de pôles et à l’organisation d’un forum des usagers. Ces actions montrent bien le travail en faveur de l’empowerment mené par le secteur 59G21.

    Il participe à la création du fonds d’art contemporain pour la destigmatisation en santé mentale et de la galerie d’art frontières.

    Il est l’auteur ou le coordonnateur de nombreuses publications scientifiques, ainsi que de 2 ouvrages:

    • Roelandt JL, Desmons P. Manuel de Psychiatrie citoyenne. L’avenir d’une désillusion. Paris :
      InPress : 2002.
    • Roelandt JL, Staedel B. L’expérimentation des médiateurs de santé – pairs. Une révolution
      intranquille.
  • Gilbert HANGARD

    Gilbert HANGARD

    Président association "Elus, santé publique et territoires"

    Séance introductive – Jeudi 1er décembre à 9h

    Gilbert HANGARD, maire adjoint à la santé à la mairie d’Albi (conseiller communautaire).

    Membre de la commission permanente de la CRSA d’Occitanie.

    Membre des bureaux du CTS et du DAC du Tarn.

    Président de l’association « Elus, santé publique et territoires ».

  • Emmanuelle GAUDEMER

    Emmanuelle GAUDEMER

    Directrice du développement de AIA

    Modératrice – Aménagement urbain, architecture, nature en ville et santé mentale – Jeudi 1er décembre à 9h45

    Femme engagée, porteuse de projets innovants, son moteur est la création de valeur la rencontre avec l’autre.

    Au service d’une économie créatrice vertueuse et innovante, source de création d’emploi.

    Ses moteurs et thèmes structurant : innovation, design, sante sport et bien être, architecture, international, et le rôle de la femme dans nos sociétés.

  • Paola Viganò

    Paola Viganò

    Directrice du laboratoire d'Urbanisme de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Membre du CA de l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Versailles, Directrice du doctorat en Urbanisme de l'Université IUAV de Venise, Directrice de l'Agence d'urbanisme Studio Paola Vigano à Milan

    Grand témoin – Aménagement urbain, architecture, nature en ville et santé mentale – Jeudi 1er décembre à 9h45

    Paola Viganò, architecte et urbaniste, est professeur de Théorie urbaine et Design urbain à l’EPFL (Lausanne) où elle dirige le centre de recherche Habitat et, également, à l’IUAV, Venise.

    En 1990 elle a fondé Studio avec Bernardo Secchi et, depuis 2015, Studio Paola Viganò qui travaille sur la transition écologique et sociale de villes et des territoires en concevant des projets à différentes échelles et en réalisant des espaces publics. En 2019, son travail a été exposé à la Biennale de Shenzen et en 2021 à la Biennale de Venise.

    Elle a reçu le Grand Prix de l’Urbanisme en 2013 ; le Prix Ultima Architectuur (Ministère de la Culture Flamande pour l’Architecture) en 2017 ; la Médaille d’Or de l’Architecture à la carrière de la Triennale de Milan en 2018. Elle est Doctor Honoris Causa à l’UCL en 2016 dans le cadre de l’ « Année des utopies pour le temps présent ». En 2022 elle reçoit le Prix Schelling pour la Théorie de l’Architecture.

    Parmi ses publications :

    • Viganò Paola (2022), « Life as a Common: Space for a New Biopolitical Project », New Geographies 12, Mojdeh Mahdavi et Liang Wang, eds., Harvard University Press.
    • Cavalieri Chiara & Viganò Paola (2019), éds., The Horizontal Metropolis. A radical project, Zürich: Park Books.
    • Viganò Paola, Secchi Bernardo et Fabian Lorenzo, (2016), éds., Water and Asphalt. The project of isotropy, Zürich: Park Books.
    • Viganò Paola (2012), Les Territoires de l’urbanisme. Le projet comme producteur de connaissance, MetisPresses, Genève.
  • Sylvie JUSTOME

    Sylvie JUSTOME

    Adjointe au maire chargée de la sécurité sanitaire, de la santé et des seniors de la ville de Bordeaux

    Retour d’expérience – Quelles priorités de santé mentale dans les projets urbains ? – Jeudi 1er décembre à 10h

    Née dans le bocage breton, marquée très tôt par la lecture de Silent Spring, de Rachel Carson, dès sa traduction française éditée en poche, en 1968, Sylvie JUSTOME a le goût de l’étude, de la lecture et de l’émerveillement contemplatif devant la nature, peuplée de mythologie gréco-latine.

    Agrégée de lettres classiques à 23 ans, mère de deux enfants, elle enseigne, forme et conseille pendant 22 ans, publiant de nombreux articles littéraires ou didactiques, dans de nombreux pays ex-colonisés, puis devient inspectrice pédagogique régionale dans de nombreuses académies, y compris outre-mer et termine sa carrière en Aquitaine, pour laquelle elle a un coup de cœur pour « le dernier estuaire naturel d’Europe ».

    Ses engagements militants, humanistes et écologistes allient les valeurs de laïcité, d’émancipation, de justice, de responsabilité envers les générations futures et d’universalité.

    Entrée tard en politique, elle est depuis juillet 2020 adjointe au Maire de Bordeaux, chargée de la santé, de la sécurité sanitaire et des risques majeurs, et conseillère métropolitaine.

  • Yves BONARD

    Yves BONARD

    Urbaniste de la Ville de Lausanne

    Ville de Lausanne – Jeudi 1er décembre à 10h

    Yves BONARD est urbaniste, responsable de l’unité « Projets urbains » de la Ville de Lausanne. Après une formation en Géographie et Histoire (Université de Lausanne) ainsi qu’en Urbanisme (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne), il a réalisé une thèse de doctorat sur la problématique de la justice environnementale dans les projets urbains.

    Lauréat d’une bourse du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), il a notamment été chercheur invité à l’University of British Columbia.

    Il développe depuis 15 ans son expérience dans la conduite des projets urbains tout en menant parallèlement des activités d’enseignement et de recherche.

  • Simon DAVIES

    Simon DAVIES

    Vice-président de la Fondation AIA Nantes

    Débat « Comment concilier l’urbain et la santé mentale ? » – Jeudi 1er décembre à 11h45

    Simon DAVIES est un ingénieur polytechnicien français, enseignant, pratiquant activement dans les domaines de l’architecture écologique et de l’urbanisme favorable à la santé. Il est associé d’AIA Life Designers, directeur d’AIA Environnement.

    Depuis 2015, il prend part activement aux travaux de la Fondation AIA avec une participation à la publication de « Bien Vivre La Ville : vers un urbanisme favorable à la santé », ouvrage de référence sur les liens étroits entre urbanisme et santé.

    Conjuguant recherche fondamentale et expérimentations opérationnelles sur différents projets urbains comme le village olympique ou la ville de Grenoble, son approche vise à promouvoir une prise en compte des enjeux de santé élargie aux trois composantes du bien-être – le physique, le mental et le social – dans la fabrique de la ville. Simon Davies considère que les liens entre le cadre de vie et la santé mentale constituent un champ de recherche encore trop peu investi : c’est l’« angle mort » de l’urbanisme.

    La prise en compte des enjeux de santé mentale représente donc un défi immense pour l’ensemble des acteurs de la ville. Les approches émergentes sur le design inclusif, sensoriel, menées à l’échelle internationale, dans des quartiers ou dans des contextes hospitalier, ont beaucoup à nous apprendre sur la manière de repenser notre cadre de vie urbain.

  • Clémence MONTAGNE

    Clémence MONTAGNE

    Directrice du Design Lab Care

    Débat – Comment concilier l’urbain et la santé mentale ? – Jeudi 1er décembre à 11h45

    De formation géographe-urbaniste, Clémence Montagne a soutenu une thèse de doctorat en urbanisme des transports à Abu Dhabi et à Dubai en 2016 à l’université Paris Sorbonne.

    Cinq années d’expatriation aux Emirats arabes Unis, ainsi qu’une expérience professionnelle en Libye, et le bénéfice d’une impatriation pour prendre le poste de directrice du Care design Lab ont participé de la réorientation d’un focus sur les mobilités à un intérêt renouvelé sur les déterminants de la santé.

    A la direction du Care design Lab, plateforme de formation de designers spécialisés en santé, social et en innovation publique, depuis septembre 2018, Clémence Montagne a participé à la définition et à l’encadrement de plusieurs projets sur les parcours de soins en santé mentale, d’urbanisme favorable à la santé et sur les éléments de l’environnement urbain propices au bien-être physique et psychique.

  • Mathieu Zimmer

    Mathieu Zimmer

    Directeur associé Deux degrés Bordeaux

    Débat – Comment concilier l’urbain et la santé mentale ? – Jeudi 1er décembre à 11h45

    Mathieu Zimmer est urbaniste et géographe, spécialisé dans l’analyse des modes vie, des usages, des représentations territoriales.

    Il travaille sur la mise en récit (notamment prospective) de tous ces éléments. Il a co-fondé en 2013 l’agence Deux Degrés (stratégies territoriales, enquêtes de terrain, médiation).

    Il est co-auteur du Petit Paris (grand prix du livre d’architecture 2015), du Méga Grand Bordeaux et des guides Safari. Il est également l’auteur du site de prospective ludique Youpi La France.

  • Charlotte MARCHANDISE

    Charlotte MARCHANDISE

    Consultante et formatrice, Personnalité politique, UNESCO

    Débat – Comment concilier l’urbain et la santé mentale ? – Jeudi 1er décembre à 11h45

    Consultante dans le domaine de la santé publique auprès de l’OMS, Charlotte Marchandise est engagée depuis plus de 25 ans dans le monde associatif et l’éducation populaire.

    De 2014 à 2020 elle est adjointe à la maire de Rennes, élue en tant que candidate de la société civile, et élue présidente des Réseaux Français et Européen des Villes-Santé de l’OMS.

  • Alain SUPIOT

    Alain SUPIOT

    Professeur émérite du Collège de France

    Modérateur – Travail, économie, temporalité et santé mentale – Jeudi 1er décembre à 13h45

    Docteur d’État en droit (Bordeaux, 1979), agrégé des facultés de droit (1980), docteur h.c. des universités de Louvain-la-Neuve, Aristote de Thessalonique, Liège et Buenos Aires, Alain Supiot est membre correspondant de la British Academy (2015).

    Au cours de sa carrière, il a été successivement professeur à l’université de Poitiers puis de Nantes (UMR-CNRS 6028), et membre senior de l’Institut universitaire de France (2001), avant d’être élu au Collège de France en 2012 – où il a occupé jusqu’en 2019 la chaire État social et mondialisation : analyse juridique des solidarités.

    Il a présidé de 1998 à 2000 le Conseil national du développement des sciences humaines et sociales, et a été membre, de 2016 à 2018, de la Commission mondiale sur l’avenir du travail.

    Au cours de sa carrière, il a passé plusieurs années de recherche à l’étranger (1981 : Institute of Industrial Relations de Berkeley ; 1989/1990 : institut universitaire européen de Florence ; 1997/1998 : Wissenschaftskolleg zu Berlin).

    À Nantes, il a fondé en 1995 la Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin, puis en 2008 l’Institut d’études avancées, qui accueille conjointement en résidence scientifique des savants des pays du « Sud » et du « Nord ». Ses travaux se sont principalement déployés sur deux terrains complémentaires : le droit social et la théorie du droit.

  • Denis LEGUAY

    Denis LEGUAY

    Président de la Fédération Santé Mentale France

    Modérateur – Travail, économie, temporalité et santé mentale – Jeudi 1er décembre à 13h45

    Psychiatre des hôpitaux, praticien hospitalier au Centre de Santé Mentale Angevin depuis plus de quarante ans.

    Médecin Coordonnateur du Centre Ressources Handicap Psychique des Pays de la Loire (2015/…)

    Président d’honneur de l’Observatoire Régional de la Santé des Pays de La Loire (depuis 2002)

    Secrétaire Général du Comité Français pour la réhabilitation Psychosociale (juin 2006)

    Ancien président de la Conférence Régionale de Santé et de l’Autonomie (CRSA) des Pays de la Loire (2010-2021)

    Président de la Fédération « Santé Mentale France (2009)

    Thèmes de recherche et d’intérêt :

    • L’évaluation du handicap psychique, (cognition, habiletés sociales, autonomie sociale). Efficience des méthodes de réhabilitation psychosociale
    • L’épidémiologie des troubles psychiatriques, représentations sociales et santé publique. Les systèmes de soins.
    • Le suicide, épidémiologie, prévention primaire, stratégies de prise en charge
  • CYRIL COSME

    CYRIL COSME

    Directeur du Bureau OIT en France

    Grand témoin – Parole de Citoyens du monde – Jeudi 1er décembre à 13h45

    Cyril COSME est Directeur du Bureau de l’OIT pour la France depuis 2014.
    Il a débuté sa carrière au Ministère du travail français à la Direction des Relations du Travail.

    En 2000, il a rejoint le Secrétariat général aux affaires européennes. Après un passage au Cabinet du Ministre du travail, il a été Conseiller pour les affaires sociales, puis Chef du service emploi, affaires sociales et santé à la Représentation permanente de la France auprès de l’UE à Bruxelles.

    En 2009, il a été nommé Conseiller pour les affaires sociales auprès de l’Ambassade de France à Washington.

    En 2012 il a repris ses fonctions au sein des ministères sociaux en qualité de Délégué aux Affaires Européennes et Internationales.

    Cyril Cosme est diplômé de Sciences Po Paris et ancien élève l’Ecole Nationale d’Administration.

  • Emile Roger LOMBERTIE

    Emile Roger LOMBERTIE

    Maire de la Ville de Limoges

    Retour d’expérience – Comment concilier dynamique de la ville, cadre professionnel et santé mentale – Jeudi 1er décembre à 14h

    Emile Roger LOMBERTIE est maire de Limoges depuis avril 2014, réélu en 2020. Également Vice-Président de la communauté urbaine Limoges métropole, il est en charge du développement économique.

    Médecin psychiatre, diplômé de l’Université de Limoges, il a exercé jusqu’en 2015 comme chef de pôle hospitalier au centre Esquirol.

    Il est à l’origine de la création du Pôle d’addictologie du Limousin

  • Nicolas CHAIGNOT

    Nicolas CHAIGNOT

    Chercheur associé à l'Institut de psychodynamique du travail

    Débat – Organisation et environnement du travail : quel impact sur la santé mentale dans nos villes ? – Jeudi 1er décembre à 15h30

    Nicolas CHAIGNOT est chercheur associé à l’Institut de psychodynamique du travail (IPDT-ASTI) et juriste de droit social.

    Après avoir été enseignant de philosophie, il travaille depuis pour diverses institutions et organisations dans la perspective de promouvoir le droit de la santé des travailleurs.

    Ses intérêts de recherche portent sur le droit social et ses récentes évolutions, sur les liens entre la subjectivité, le travail et le droit, sur la construction des solidarités au travail, sur la question de la servitude volontaire et sa persistance actuelle, sur les problèmes de l’esclavage et du travail forcé dans l’histoire occidentale et à l’époque contemporaine.

  • Pierre-Yves VERKINDT

    Pierre-Yves VERKINDT

    Professeur à l'Université de Paris-Sorbonne

    Débat – Organisation et environnement du travail : quel impact sur la santé mentale dans nos villes ? – Jeudi 1er décembre à 15h30

    Pierre-Yves VERKINDT est professeur émérite de l’Université Paris 1 (Panthéon Sorbonne).

    Agrégé des facultés de droit et professeur de droit privé, il est spécialisé en droit social et spécialement en droit de la santé en milieu de travail.

    Auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles, il continue d’animer avec Pascal LOKIEC, lui aussi professeur à l’Université Paris 1, un séminaire de Recherche (Institut de recherches juridiques de la Sorbonne) sous le titre « Penser le droit social ».

    Il est par ailleurs membre du Conseil scientifique du Comité d’histoire des administrations en charge du travail et de l’emploi ainsi que membre du comité de rédaction de plusieurs revues dans le champ juridique.

  • Maël MONTEVIL

    Maël MONTEVIL

    Chargé de recherche au CNRS

    Débat – Organisation et environnement du travail : quel impact sur la santé mentale dans nos villes ? – Jeudi 1er décembre à 15h30

    Maël MONTEVIL travaille entre la biologie théorique et la philosophie. Il s’intéresse aux fondements théoriques de la biologie et au statut des mathématiques dans cette discipline. Plus précisément, il travaille sur les temporalités biologiques, en particulier l’historicité du vivant, ainsi que sur l’organisation biologique. Il aborde des applications telles que la théorisation de la désorganisation du vivant en développant un concept biologique de disruption.

    Dans la lignée de son travail à l’IRI, avec Bernard Stiegler, il participe à un projet de recherche contributive, en Seine-Saint-Denis, sur la surutilisation des écrans et la disruption du développement des enfants en bas âge. Ses travaux portent aussi sur l’épistémologie, concernant l’application des mathématiques, et plus généralement les transformations épistémologiques contemporaines.

    Il est Chargé de Recherche au CNRS à l’UAR 3608 République des savoirs, École Normale Supérieure.

    Ses publications sont accessibles sur : https://montevil.org.

  • Vincent PUIG

    Vincent PUIG

    Directeur de l'Institut de Recherche et d'Innovation Centre Pompidou

    Débat – Organisation et environnement du travail : quel impact sur la santé mentale dans nos villes ? – Jeudi 1er décembre à 15h30

    Vincent PUIG est directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Pompidou qu’il a créé en 2006 avec le philosophe Bernard Stiegler.

    Praticien et théoricien du numérique, il a conduit plusieurs projets de recherche à l’IRCAM, au Centre Pompidou puis à l’IRI notamment sur les technologies d’indexation, d’annotation, de catégorisation et d’éditorialisation.

    Il coordonne aujourd’hui des projets de recherche contributive principalement en Seine-Saint-Denis et dans la perspective d’une économie de la contribution où il s’agit de cultiver des savoirs pour lutter contre l’entropie et la perte de diversité croissante des systèmes biologiques, technologiques et sociaux. Cette lutte contre l’entropie est un enjeu de design des systèmes numériques dont il s’agit de prendre soin collectivement.

    C’est pour poursuivre cet objectif que Vincent PUIG est également impliqué dans le cluster d’innovation Cap Digital et dans la Chaire Numérique et Citoyenneté (ICP-ISEP).

    Il a co-dirigé récemment deux ouvrages collectifs :

    • Prendre soin de l’informatique et des générations, FYP 2021 (avec A. Alombert, V. Chaix et M. Montévil)
    • Boites noires et gilets jaunes, Regards croisés sur la socialité à l’ère de l’anthropocène, L’Harmattan 2019 (avec JF. Petit et V. Laquais).
  • Jean-Jacques Coiplet

    Jean-Jacques Coiplet

    Directeur général de l'ARS des Pays de la Loire

    Séance conclusive – Jeudi 1er décembre à 16h45

    Jean-Jacques COIPLET est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble. Il a ensuite intégré l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (1986-1987), puis l’Institut Régional d’Administration de Lyon et l’Ecole des hautes Etudes de santé publique (1987-1988).

    De 1988 à 2010, il a été successivement responsable, puis directeur au sein des Directions départementales des affaires sanitaires et sociales de différents départements (Centre, Jura, Alpes de Provence, Mayotte, Lozère, Aisne, Bouches-du-Rhône).

    C’est en tant que directeur de la santé publique et environnementale qu’il a exercé au sein de l’ARS Provence-Alpes-Côte-d’Azur (entre 2010 et 2012), puis pendant presque 5 ans, directeur général de l’ARS de Corse.

    Jean-Jacques Coiplet a également été directeur régional et départemental de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Provence-Alpes-Côte-d’Azur et des Bouches-du-Rhône (entre 2016 et 2017).

    Le 1er octobre 2017, il est nommé directeur général de l’Agence régionale de santé des Pays de la Loire.

  • Philippe El Saïr

    Philippe El Saïr

    Directeur général du CHU de Nantes

    Séance conclusive – Jeudi 1er décembre à 16h45

    Philippe EL SAÏR est actuellement directeur général du CHU de Nantes après avoir dirigé le CHU de Brest. Il préside par ailleurs le Centre national d’expertise hospitalière.

    Il est diplômé de Sciences Po Grenoble, licencié en droit et ancien élève de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique.

    Il commence son exercice professionnel en 1993 à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris dans des fonctions de directeur des ressources humaines et de directeurs des finances où il accompagne notamment la reconversion de l’hôpital Rothschild.

    En 2002, il évolue vers une première expérience de direction générale à Valréas dans le Vaucluse. Il s’attèle alors au repositionnement stratégique de l’établissement.

    En décembre 2005, il prend la tête de l’hôpital de Villefranche-sur-Saône.

    En 2013, Philippe EL SAÏR devient directeur général du CHU de Brest. Il développe l’attractivité et l’activité de l’établissement par une politique de différentiation assumée. Soutien aux leaders médicaux et à la recherche, politique de service et digitalisation sont alors les axes de travail du CHU de Brest. Par ailleurs, Philippe EL SAÏR devient président en 2015 du Centre national d’expertise hospitalière, cabinet de conseil et de formation.

    Il accède en juillet 2020 à la direction générale du CHU de Nantes.

    Philippe EL SAÏR a été membre de la mission de Jean Castex sur la stratégie de déconfinement d’avril à juillet 2020. Il siège et a siégé dans plusieurs conseils d’administration du monde de la santé.

VENDREDI 2 DÉCEMBRE

  • Sophie LÉVY

    Sophie LÉVY

    Directrice du Musée d'Arts de Nantes

    Modérateur – Art, culture, sport et santé mentale – Vendredi 2 décembre à 9h

    Sophie Lévy est directrice conservatrice du Musée d’arts de Nantes depuis juillet 2016. Elle y a rouvert le musée en juin 2017 après six années de travaux, et impulsé un projet à la fois métropolitain et au rayonnement large, à l’image de ses riches collections qui vont du 13e siècle à l’art contemporain.

    Elle a auparavant dirigé le LaM, Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut à partir de 2009, qu’elle a réouvert en 2010 et pour lequel elle a assuré le commissariat de plusieurs expositions, parmi lesquelles La Ville magique en 2012 et Amedeo Modigliani, l’œil intérieur en 2016.

    Conservatrice territoriale du patrimoine, elle a une double formation HEC, maîtrise d’histoire de l’art contemporain et diplômée de l’Institut national du Patrimoine, spécialité musées.

  • Gilles VIDON

    Gilles VIDON

    Psychiatre honoraire des hôpitaux et ancien chef de service/de pôle aux Hôpitaux de Saint Maurice (94)

    Modérateur – Art, culture, sport et santé mentale – Vendredi 2 décembre à 9h

    Particulièrement intéressé par la Réhabilitation Psychosociale.

    Persuadé de la nécessité de construire des structures d’assistance et de soins diversifiées et adaptées aux nombreux besoins particuliers des usagers : c’est à nous à nous adapter à leurs besoins et non à eux à s’arranger, à s’ajuster à celles existantes…

  • Nathalie BONDIL

    Nathalie BONDIL

    Directrice de l'Institut du monde arabe

    Grand témoin – Art, culture, sport & santé mentale – Vendredi 2 décembre à 9h

    La franco-canadienne Nathalie Bondil est directrice du musée et des expositions de l’Institut du Monde Arabe (IMA) à Paris depuis 2021. Elle est chargée de la conception du musée, dont les collections ont été renforcées par l’importante donation de Claude et France Lemand en 2018.

    Prévu pour 2024, ce « Nouveau Musée IMA » sera unique en Europe, indispensable à la reconnaissance des beaux-arts arabes et de leurs dialogues interculturels, pluriels et féconds.

    Conservatrice, historienne de l’art et muséologue de renommée internationale, elle a travaillé à la rénovation du Musée des Monuments français (aujourd’hui Cité de l’architecture) à Paris. À la tête du Musée des beaux-arts de Montréal de 2007 à 2020, elle a ajouté deux nouveaux pavillons. Elle a développé une programmation multidisciplinaire en ajoutant une salle de concert et un cinéma, et réalisé de nombreuses expositions à la croisée de l’art et de la musique, de la science, de la couture et du cinéma. Son travail interculturel est salué avec l’inauguration de l’Aile des Arts du Tout-Monde (One-World Wing) en novembre 2019.

    Auteur d’un Manifeste pour un Musée Humaniste, elle est très engagée dans l’action éducative, la santé, l’inclusion, la diversité et le vivre ensemble. Elle est « sage en résidence » à l’Université de Montréal (2021-2024) et anime un séminaire à l’École du Louvre à Paris sur son concept pionnier de « muséothérapie » (2022).

    Vice-présidente du Conseil des arts du Canada de 2014 à 2021, elle a reçu de nombreux honneurs et doctorats honorifiques. En 2020, elle a reçu des prix pour le rayonnement international du Conseil international des musées (ICOM) du Canada et pour l’innovation de l’Association des musées canadiens.

  • Pia HOUNI

    Pia HOUNI

    Directrice exécutive du Mad House Helsinki

    Débat – Comment l’art dans la ville participe à la santé mentale – Vendredi 2 décembre à 11h

    Pia Houni est doctorante et professeur auxiliaire. Elle est également philosophe, écrivaine et artiste conceptuelle.

    Elle a travaillé dans diverses universités, au Musée du théâtre, à l’Institut finlandais de la santé au travail, au Centre de promotion des arts de Finlande et actuellement à la maison de spectacle Mad House Helsinki. Depuis 2021, elle fait partie de l’équipe Mind at Work -project, où sont collectées des données de jeunes adultes dans différents pays européens.

    Elle a mené de nombreux projets de recherche et s’intéresse également à la philosophie de la connaissance. Les sujets de recherche de Pia HOUNI se sont concentrés sur le travail des artistes, le bien-être culturel, la santé existentielle et l’art, la santé mentale et des jeunes adultes dans la vie professionnelle, les espaces de coworking, les questions philosophiques pratiques et bien d’autres.

    Elle est également active dans la pratique, en tant qu’animatrice d’ateliers et également en tant qu’enseignante et conférencière. Elle a également organisé des expositions et réalisé ses propres œuvres d’art créatives.

  • THOMAS BASTIEN

    THOMAS BASTIEN

    Directeur général de l'Association pour la Santé Publique du Québec

    Débat – Comment l’art dans la ville participe à la santé mentale ? – Vendredi 2 décembre à 11h

    Thomas BASTIEN est ingénieur, diplômé de l’École supérieure d’agriculture d’Angers (France). Il possède également une maîtrise en génétique de l’Université de Wageningen (Pays-Bas).

    Après avoir œuvré dans le milieu des communications et de la culture pendant plus de 12 ans, notamment à titre de directeur de l’éducation et du mieux-être au Musée des beaux-arts de Montréal, il est désormais directeur général de l’Association pour la santé publique du Québec depuis 2020 et président de la section Montréal-Laval de l’Ordre des agronomes du Québec depuis 2021.

  • Laurent CHAMBAUD

    Laurent CHAMBAUD

    Médecin spécialiste de santé publique, inspecteur général honoraire de l’IGAS

    Débat – Comment l’art dans la ville participe à la santé mentale ? – Vendredi 2 décembre à 11h

    Laurent CHAMBAUD a été le directeur de l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) de 2013 à la fin août 2022.

    Médecin de santé publique et inspecteur général des affaires sociales, il était auparavant conseiller chargé de l’organisation et l’animation de la politique de santé publique et de la sécurité sanitaire auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine.

    Laurent Chambaud a exercé en service de protection maternelle infantile, puis en tant que médecin de santé publique, notamment au Québec pendant plus de 8 ans. Il a ensuite suivi la formation de médecin inspecteur de santé publique.

    Expert national détaché auprès de la Commission européenne puis coordinateur du projet d’établissement de l’INVS, il a dirigé la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de la Mayenne puis de Franche-Comté. Après 4 années à l’IGAS, Laurent Chambaud a été directeur de la santé publique de l’ARS d’Ile-de-France, pour ensuite prendre ses fonctions en cabinet ministériel.

    Inspecteur général honoraire de l’IGAS, il est maintenant membre du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE)

  • Patrick GYGER

    Patrick GYGER

    Directeur général de la Plateforme 10

    Débat – Comment l’art dans la ville participe à la santé mentale – Vendredi 2 décembre à 11h

    Patrick Gyger (né à São Paulo, Brésil, en 1971) est historien, curateur et auteur suisse.

    De 1999 à 2010,  il est directeur de la Maison d’Ailleurs, musée de l’utopie en Suisse. Il y monte de nombreuses expositions (sur l’art brut, l’architecture durable, la musique cosmique, les automates ou les arts numériques), mène une importante politique d’acquisitions et des projets de recherche (entre autres avec l’Agence Spatiale Européenne).

    En parallèle, il est également directeur artistique du festival Utopiales (Nantes, 2001 à 2005). En 2008, il ouvre l’Espace Jules Verne, un lieu dédié aux Voyages Extraordinaires.

    De 2011 à 2020, il est directeur du lieu unique, centre de culture contemporaine de Nantes (France). Son projet y est placé sous le signe de l’utopie et des pratiques interdisciplinaires. Son programme privilégie le débat d’idées, l’innovation et la production artistiques, les croisements d’esthétiques, les cultures populaires, la rencontre entre les arts et les sciences, ainsi que les nombreux partenariats locaux et internationaux (Japon, Québec, Estonie, Athènes, etc.).

    Il y lance les festivals Un Week-end singulier (pratiques hors normes et art brut), les Géopolitiques de Nantes, Atlantide (festival de littérature) ou encore Variations (musiques pour piano et claviers). S’ajoutent à cela des expositions d’artistes travaillant sur les cultures numériques, la bande dessinée, l’architecture visionnaire, les artistes singuliers… Plusieurs de ces propositions sont présentées à travers le monde.

    Depuis janvier 2021, Patrick GYGER est directeur général de Plateforme 10, le nouveau quartier des arts de Lausanne regroupant le Musée cantonal des Beaux-Arts, le mudac (musée du design et des arts appliqués contemporains) et l’Elysée (musée de la photographie), ainsi que des espaces de convivialité et de restauration. Parmi de très nombreux projets, il y lance les visites de « muséothérapie ».

  • Michel Joubert

    Michel Joubert

    Professeur de sociologie à l'Université Paris 8, Chercheur du CNRS et Consultant en santé publique

    Modérateur – Populations vulnérables et santé mentale – Vendredi 2 décembre à 13h45

    Michel JOUBERT, sociologue (Université Paris VIII, GRASS avec Robert Castel, CESAMES avec Alain EHRENBERG, puis CRESPPA).

    Plusieurs recherches et dynamiques de travail collectif sur l’évolution des recours à la psychiatrie (accès, urgences, suivis) ainsi que sur la santé mentale en lien à la précarisation des conditions de vie des dans les grandes villes.

    Analyse des expériences visant à développer la prévention, associer les publics concernés et aux programmes et concertations des acteurs sur les villes et départements (interactions avec la question sociale, les violences, la consommation de produits psychoactifs) pour des publics plus particulièrement vulnérables (adolescents, personnes isolées, en situation de précarité, etc.)

    • Joubert, (dir) (2003), Santé mentale, ville et violences, Erès
    • Joubert, C. Louzoun (2005) Répondre à la souffrance sociale : Erès
    • Joubert (2007), Santé mentale : enquête sur l’accueil en urgence, La santé de l’homme, 388
    • Joubert, Vulnérabilités, territoire et démoralisation. Les problématiques de santé mentale dans les grandes villes, dans Ville et santé mentale : ressources, projections, politiques, symptôme, (2008), Université Paris Diderot, Editions Le Manuscrit
    • Joubert (dir) et al., La santé mentale aux intersections (2017), Les Rencontres de Profession Banlieue, Centre de ressources de la politique de la ville en Seine-Saint-Denis.
  • SERGE HEFEZ

    SERGE HEFEZ

    Responsable de l'Unité de thérapie familiale, Service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

    Grand témoin – Population vulnérables et Santé mentale – Vendredi 2 décembre à 13h45

    Serge Hefez est Psychiatre des Hôpitaux. Il exerce comme psychanalyste et thérapeute familial et conjugal.

    Responsable de l’Unité de thérapie familiale dans le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris, il est également chef d’un service de soutien psychologique consacré aux problématiques liées aux identités sexuelles et de genre rattaché au GHU PARIS Psychiatrie et Neurosciences.

    Ses essais sur les relations conjugales et familiales « La Danse du couple » et « Quand la famille s’emmêle » traduits dans plusieurs langues, ont connu un très vif succès.  Il  a publié en 2008 “Dans le cœur des Hommes”, étude sur l’identité masculine qui a obtenu le Prix Psychologie-FNAC 2008 et « La Sarkose obsessionnelle », essai sur le narcissisme contemporain. « Le Nouvel ordre sexuel » est paru en 2013, puis « La Fabrique de la famille » en 2016, et enfin « Transitions. Réinventer le genre » chez Calmann-Lévy en 2011.

    Il participe à de très nombreux colloques nationaux et internationaux et intervient régulièrement dans la presse écrite et audiovisuelle ; il a été notamment chroniqueur à France Inter, et producteur à France Culture.

  • PHILIPPE CONUS

    PHILIPPE CONUS

    Chef du service de psychiatrie générale du Centre hospitalier universitaire vaudois et Vice-président pour l'Europe IEPA-Early Intervention in Mental Health

    Débat – Différentes populations dans les villes – Vendredi 2 décembre à 15h45

    Philippe Conus est médecin, spécialiste en médecine interne avant de se tourner vers la psychiatrie, avec un intérêt particulier pour la schizophrénie.

    Il travaille de 2000 à 2003 à Melbourne dans un programme spécialisé dans la détection et l’intervention précoce dans les troubles psychotiques.

    A son retour en Suisse il lance un programme similaire d’intervention précoce à Lausanne, programme qui a depuis lors pris en charge près de 1000 jeunes patients.

    En 2010 il est nommé professeur à la faculté de biologie et médecine de l’université de Lausanne et il prend la direction du service de psychiatrie générale du CHUV.

    Vice-président de l’association internationale d’intervention précoce en santé mentale, il conduit des recherches allant des déterminants neurobiologiques des troubles psychotiques aux déterminants cliniques et sociologiques de l’évolution de la psychose chez les jeunes.

    Depuis 10 ans, il conduit, en collaboration avec le Prof Ola Söderström, professeur de géographie humaine à l’université de Neuchâtel, une étude sur le lien entre vie en milieu urbain et psychose.

    Plus récemment il a mis en place, en collaboration avec les autorités politiques de la ville de Lausanne, un projet de « remédiation urbaine » qui vise à implanter des stratégies concrètes permettant une meilleure intégration dans le milieu urbain des jeunes patients souffrant de psychose.

  • Julie URBAIN

    Julie URBAIN

    Pédopsychiatre, praticien hospitalier au CHU de Nantes en disponibilité au Québec

    Débat – Différentes populations dans les villes – Vendredi 2 décembre à 15h45

    Julie URBAIN est pédopsychiatre, praticien hospitalier au CHU de Nantes, actuellement en disponibilité pour exercer au Québec. 

    Spécialisée dans la clinique de l’adolescence, elle exerce au sein d’ESPACE, unité régionale d’accompagnement et d’hospitalisation de jeunes de 15 à 25 ans en situation de crise très souvent suicidaire. Cette unité spécialisée née en 2000  s’inscrit dans un large réseau impliquant divers champs sanitaire, scolaire, de la protection de l’enfance, de l’insertion des jeunes etc…

    Cette « matière » hautement sensible que sont les adolescents suicidaires nécessite de réinterroger constamment la pratique à la lumière d’enjeux sociétaux, familiaux, psychopathologiques en perpétuelle réinvention. Après une formation en tant que thérapeute familial, plusieurs lignes de force ont progressivement façonné sa pratique. L’importance d’une approche pluriprofessionnelle coordonnée, l’inclusion essentielle de l’entourage du jeune en souffrance et  l’attention portée au corps adolescent dans les soins en sont trois exemples développés particulièrement ces dernières années.

    De fréquentes inspirations d’origine québécoise l’ont amenée à vouloir explorer directement les pratiques sur le terrain de nos cousins canadiens. L’ouverture d’une première unité d’hospitalisation pédopsychiatrique dans les Laurentides, au nord de Montréal, en a été l’occasion.

  • OLIVIER GUÉRIN

    OLIVIER GUÉRIN

    Chef du pôle gériatrie CHU de Nice du CHU de Nice et Président de la SFG de la Société française de gériatrie

    Débat – Différentes populations dans les villes – Vendredi 2 décembre à 15h45

    Devenu Professeur des Universités en 2011, chef de service gériatrique aigue et thérapeutique en 2013, il est le chef du pôle Réhabilitation Autonomie Vieillissement depuis 2015.

    Très fortement engagé sur la thématique numérique pour la santé et l’autonomie il a créé avec ses équipes, des plateformes d’évaluation et d’expérimentation dédiés à ces aspects.

    Il a été adjoint au Maire de Nice, Délégué à la Santé, à la prévention et à l’accompagnement de la perte d’autonomie, et conseiller métropolitain, en charge depuis avril 2014 à Juin 2020, sur des sujets liés à la santé, la prévention et l’autonomie.

    Il mène également des actions aux nationales en étant le Président de la Société Française de Gériatrie et Gérontologie en 2018 et expert auprès de la cour des comptes pour la prévention de la perte de l’autonomie en 2020.

    Il est aussi impliqué dans la recherche en biologie moléculaire aux côtés du Pr Eric Gilson au sein de l’Institut de recherche cancer et vieillissement de Nice (IRCAN, centre de recherche université/INSERM/CNRS).

    Il est devenu membre du conseil scientifique du Président de la république, dans le cadre de la crise sanitaire COVID en 2020.

  • Christophe Tzourio

    Christophe Tzourio

    Directeur du centre de recherche Bordeaux Population Health de l'Université de Bordeaux – Inserm et Investigateur principal I-Share sur la santé mentale des étudiants

    Débat – Différentes populations dans les villes – Vendredi 2 décembre à 15h45

    Christophe TZOURIO a été Interne puis Chef de Clinique des Hôpitaux de Paris en neurologie. Parallèlement à sa formation de clinicien, il a fait une thèse de sciences en épidémiologie-biostatistiques. Il a été reçu au concours d’entrée à l’INSERM en 1994 et a dirigé l’unité U708 ‘Neuroépidémiologie’ à Paris.

    Il est actuellement professeur d’épidémiologie (PU-PH) à l’Université de Bordeaux et a dirigé de 2013 à 2021 le Bordeaux Population Health research center, Inserm U1219 qui comprend plus de 500 personnes.

    Christophe Tzourio a travaillé principalement dans le domaine de l’épidémiologie des maladies neurologiques sur lequel il a publié plus de 450 articles dans des revues internationales.

    Christophe Tzourio possède une expérience approfondie dans la création de grandes cohortes populationnelles. Il a mis en place une e-cohorte sur la santé des étudiants, l’étude i-Share, qui comprend plus de 20 000 participants. Elle est également unique par son utilisation de technologies Web et mobiles. Ce projet a reçu le prix « Coups d’Elan » de la fondation Bettencourt en 2012.

    Il anime une équipe interdisciplinaire de chercheurs et de professionnels de santé pour mieux comprendre les déterminants de la santé mentale des étudiants et pour créer et valider des innovations permettant de l’améliorer.